une couverture pour la Tunisie...

 

Voici la couverture que j'ai créée pour mon ami tunisien Mahmoud Bédoui. Véritable pépite que je recommande. Je lui envoie tous mes voeux de réussite pour ce livre à la fois prophétique puisque commencé il y a 25 ans, et à la fois utopique d'une rêvévolution... Bon vent, Mahmoud! Merci de ton témoignage...laissons pousser les bonnes graines mais fauchons la clochardisation...ensemble créer devient graines de possible...même avec le réseau social et planétaire!

 

 

------------------

 

QUATRE ANALYSES DU LIVRE "LES FAUCHEURS DE L'INCULTURE"

1 avril 2013, 12:05

 Commentaire de Fabienne RIVIERE :

 

Madame Rivière est une enseignante française rencontrée sur Facebook et qui s’est révélée rapidement comme une grande bouffeuse de livres. C’est bien sûr tout à son honneur. Voici son commentaire sur mon livre après sa lecture.

 

 "Pour ma part, je l’ai commandé sur (...). Ce livre est un moment de bonheur, un véritable réveil des sens et des bons sens. Un chatoiement des arts dans mes méninges. Il ne quitte pas mon chevet et je pense qu’il sera bien plus qu’une simple lecture de saison.   

 Analyse très fine d’une situation avérée depuis. Je n’ai qu’un souhait à formuler : puisque prémonitoire qu’il soit jusqu’au bout car la fin du livre annonce le début d’une belle vie dans un développement idéal d’une société plus qu’humainement avancée.

 Merci Mahmoud infiniment. Merci de m’avoir émue, de m’avoir fait rire et de m’avoir éclairée poétiquement sur une réalité sociale contemporaine. Amoureux ou pas de la Tunisie, le lecteur ne peut que faire autrement que de se laisser emporter et séduire. Universel ?? Sans aucun doute.

 

Commentaire de Jacqueline ALEMAN MEYER 

 

 Salvador Dali peignait, Mahmoud Bédoui écrit le génie de la vie. Il a le style et l’imaginaire de Lewis Caroll. Je redoutais le moment où une fois fini de le lire , il faille en faire une synthèse ou pire une critique et surtout qu’avais-je lu ? un recueil, un roman, une nouvelle ? ….. dans quelle catégorie littéraire le placer ? Je salue son style engagé, une prose qui se veut à la fois philosophique et prophétique ex : ‘’ C’est pourquoi à tout moment tout peut exploser ‘’. S’il fallait trouver un genre je pencherais pour une satire sociétale pour le moins atypique et du coup franchement déconcertante.

 

Il a osé ! … Ai je envie de dire . C’est un exercice de style bien particulier que celui de dresser un portrait sans complaisance sur son pays > Il faut dire qu’à l’époque où l’ouvrage a été commencé le pays était sous dictature . Quel écrivain digne de ce nom et qui se lançait dans l’écriture d’un roman pouvait faire l’impasse sur cet état de faits sans le dénoncer. Il fait là une analyse objective et rationnelle de la société dans laquelle il évoluait à ce moment précis. A chacun de se faire sa propre opinion . Mais plus que le régime ce sont ses contemporains qui l’interpellent par exemple dans la démonstration de leur culte « la fête du mouton et autres libations … Le panurgisme qui semble prendre tout un peuple à la gorge pour exorciser un je ne sais quoi qu’il ne se pardonnerait pas . Mais qui aime bien chatie bien n’est ce pas ? Il nous fait bien ressentir la chape de plomb qui s’était abattue sur le pays et l’impensable mot sur lequel il valait mieux ne pas s’attarder et encore moins rêver, tant il pouvait amener à des souffrances ce joli mot qu’est ‘’ LIBERTÉ ‘’ .

 

Mahmoud, par son exercice de style particulier, par sa plume trempée quelquefois dans l’acide nous fait ressentir son caractère fort, contestataire et paradoxalement bourré de finesse et de spiritualité avec une grande part d’humanité et une touche d’extravagance . Un vrai cas d’école … Il faut prendre ce livre au sérieux car malheureusement il est le reflet de ce qu’était la société tunisienne ‘’post révolution ‘’ . C’est certes un livre subversif , mais il ne peut se réduire à une idée aussi simple tant la pensée est originale et visionnaire . ‘’L’homme à la cigarette fumée hier soir’’ nous propose une pensée qui relève les défis de la complexité du monde vivant, végétal, animal et humain afin de mieux nous comprendre et comprendre le monde . Les barrières tombent entre ces trois règnes et il nous enseigne que nous sommes tous inter-dépendants les uns des autres. Tout nous ramène sans cesse vers le jardin du savoir, source inépuisable de son imagination, oh combien fertile . ‘’ On peut aisément pardonner à l’enfant qui a peur de l’obscurité, la vraie tragédie de la vie c’est lorsque les hommes ont peur de la lumière ‘’. Mahmoud est un éveilleur de consciences . Qu’un hommage lui soit rendu ici . Félicitations mon ami . J’ai éprouvé beaucoup de plaisir à lire ton livre .

 

 Mail envoyé par Abdelfattah MEMMI

 

 Dimanche 13 novembre 2011, 20:50 ·Mr Mahmoud BEDOUI ,A l’occasion de mes 58 ans, ma chère épouse m’a offert votre « Faucheurs de l’inculture » , et après l’avoir savouré à petites gorgées, je tiens à vous remercier pour ce doux breuvage où je me suis retrouvé à chaque goutte, et à la « dernière cigarette non encore fumée », je n’ai pas pu m’empêcher d’imaginer le tableau suivant :- El Jem offrant son Colisée pour organiser le ba...l universel de la Tunisie, organisé par les tunisiennes libres, à la manière d’Alice au pays des merveilles, elles ont installé un buffet d’exception où la gridfa avoisine la daube, le couscous la paella …et où le legmi (mit) concurrence sérieusement le pastis ou le Martini …. Khemaïes Tarnène en chef d’orchestre se plait à alterner, le malouf et le mezoued avec le jazz , le rock,le house…et la musique classique sans aucune fausse note, ce qui a permis d’assister à une merveilleuse valse à mille temps où Pasteur dansait avec Aziza Othmana, Rousseau avec Radhia Hadded, Marx avec Konsalisa Reis, Omar El Khayem avec Habiba M’ssika, Bourguiba avec la mère Thérésa, De Gaulle avec la Reine Didon, Hannibal avec Edith Piaf, Che Guevara avec Saliha, ….. ceux qui ne dansaient pas discutaient en petits groupes, Cervantès, Messaadi et Mme de Beauvary parlaient du monde de Sophie, Al Maarri, Montesquieu et Tah Houssein riaient aux éclats,Om Kalthoum, Brel et Ali Riahi parlaient de bonbons, Raoul Journou faisaient les yeux doux à Oulaya et Dhikra … et un peu en retrait de la foule, autour d’un Mousli Allouch de Bir Lahfey, le groupe des signataires de Yalta se mémorisaient leur partage du monde après la 2ème guerre mondiale …Sarah, Fleur de Muguet et Nejma, qui étaient responsables de l’accueil se sont organisées pour aiguiller tous les barbus vers le sous-sol du Colisée pour remplacer les fauves de l’ère romaine.Encore une fois merci si Mahmoud pour cette belle ballade (des gens heureux).

 

Khadija DUBEAU 

 

Magnifique.que dire, tout est là. Ouvrons la cage aux oiseaux et laissons la liberté et la paix s'exalter jusqu'à l'enivrement et plus encore. J'ai commencé ton magnifique livre. Il me barbouille les tripes car il suscite tant d'émotions et de ressentis. Il est si magnifiquement écrit que je le lis par miettes de morceaux pour mieux le savourer. Je passe par tant de sentiments que j'en perds le fil. Parfois,je reviens un chapitre arrière pour mieux dévorer les mots.j  Je sens qu'il va être lu,relu et relu encore tant il se sent bien avec moi. Il y a des passages (l'Aid) par exemple, qui m'a fait passer du rire aux larmes, les souvenirs (le vécu). Je me délecte. Je te dirais mes impressions dès que je je termine mais je ne suis pas pressée car c'est pour moi, un fruit délicieux que je dois goûter pleinement. Merci encore à toi et à Abdel-Fattah pour ce cadeau superbe

 

 



04/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 75 autres membres